Le CSO et Erasmus
Le programme ERASMUS facilite la mobilité européenne des étudiants et dynamise la recherche pédagogique entre les différentes entités d’enseignement sur des thèmes d’intérêt commun.
Introduction

Le programme Erasmus doit son nom au philosophe théologien Erasme de Rotterdam (1465-1536).

Né en 1987, il est le premier grand programme européen en matière d’enseignement supérieur. Il favorise les échanges entre universités et établissements d’enseignement supérieur éligibles. La majorité des universités européennes et certaines grandes écoles d’enseignement supérieur y participent. Dans le cadre de ses relations internationales, le Conservatoire Supérieur d’Ostéopathie est détenteur de la Charte Universitaire Erasmus depuis le 23 décembre 2009.

En savoir plus

Le Directeur du CSO en charge des relations internationales, définit la politique et la stratégie de l’établissement pour répondre aux objectifs européens de modernisation et d’internationalisation de l’enseignement.

Il développe et pérennise les partenariats avec les autres écoles en s’assurant de la bonne intégration de l’international et de la mobilité dans la formation et la recherche.

Le responsable administratif des relations internationales sensibilise les étudiants à la mobilité, s’assure du respect des principes fondamentaux afférents à l’établissement et de la bonne mise-en-œuvre des échanges (suivi administratif, gestion des départs et arrivées, encadrement…).
Cette répartition favorise la cohérence, la réactivité et la vision globale de l’activité internationale de l’établissement.

Le Directeur communique sur les valeurs morales Erasmus et la plus-value de la mobilité à travers des réunions, la brochure de l’école, le site internet et les réseaux sociaux.

Responsable Administratif des Relations Internationales : Grégory Pailleret

Vous pouvez trouver toutes les informations nécessaires sur les trois sites ci-dessous :

Mobilité académique

Garantie CSO et Qualité des activités de mobilité académique

L’ostéopathie est réglementée en France depuis le Décret n° 2007-435 du 25 mars 2007.

Le CSO établissement privé d’enseignement supérieur, enregistré au Rectorat de l’Académie de Versailles sous les n°092 2679 M et 092 2680 N, est une des premières écoles à avoir été agréée par le Ministère de la Santé pour sa formation initiale par l’alternance.

Le CSO Paris propose une formation de haut niveau dispensée par des professeurs chercheurs, des médecins d’université et des ostéopathes hautement qualifiés.

L’expérience antérieure de notre établissement se traduit par ses échanges internationaux.
Il entretient depuis 20 ans une relation privilégiée avec l’European School of Osteopathy (GB). Cette relation procure à nos étudiants un certificat facilitant leur professionnalisation en France et en Angleterre.

En savoir plus

Le CSOF est membre d’OSEAN, réseau regroupant des écoles ostéopathiques européennes dont la mission est de développer le modèle de standardisation de formation en ostéopathie à travers l’Europe selon les modèles édictés par les accords de Bologne. Cette coordination permet à nos étudiants de bénéficier d’une formation complète basée sur la complémentarité des exigences académiques et pédagogiques des différents pays. Le conservatoire est le partenaire privilégié de l’Université Fernando Pessoa de Porto dont il gère le post-gradué. Cette dynamique internationale s’inscrit dans une philosophie d’ouverture, de tolérance et de conscience culturelle.

Notre participation au programme Erasmus se rapporte à la stratégie internationale globale de notre établissement par la volonté du CSO Paris, très attaché aux principes d’intérêt général, de non discrimination et d’ouverture européenne, de permettre aux étudiants issus d’horizons académiques et de culture différents de se retrouver pour étudier ensemble avec une ambition commune de réussite.

Sur le plan pédagogique, les éléments nécessaires à la mobilité des étudiants sont d’ores et déjà intégrés : deux cycles de formation basés sur le système LMD avec utilisation des ECTS et du Supplément au Diplôme.

Les priorités et les objectifs à atteindre par l’établissement dans le cadre de sa participation au programme Erasmus sont :

  • La création du département Erasmus pour informer et expliquer le programme Erasmus
  • Accroître la mobilité des étudiants à travers l’Europe pour optimiser leur insertion professionnelle
  • Encourager la mobilité des enseignants avec élaboration de programmes communs de formation continue
  • Initier des travaux de recherche ostéopathique par le développement de co-tutelle avec des universités et des écoles européennes.

Les actions spécifiques prévues et mises en œuvre sont caractérisées par :

  • La facilitation de la mobilité internationale
  • La création du département Erasmus
  • La nomination du coordinateur Erasmus et de son équipe
  • Des communications sur le programme Erasmus, la Charte et la Déclaration en matière de stratégie Erasmus
  • Une politique de non discrimination et de lutte contre la xénophobie
  • L’utilisation des ECTS et du Supplément de Diplôme
  • L’incitation à l’apprentissage de langues étrangères et enseignement de l’anglais médical

Les activités spécifiques mises en œuvre dans le cadre du programme Erasmus sont :

  • L’incitation aux échanges d’étudiants, de personnel
  • La création de partenariats multilatéraux de réseaux pour créer un référentiel européen sur les qualifications requises dans le domaine de l’ostéopathie.

Les dispositions prises par le CSO dans le cadre de sa politique de non discrimination sont définies par :

  • Une politique appuyée de lutte contre le racisme et la xénophobie avec condamnation par notre règlement intérieur.
  • Des campagnes de sensibilisation par affichage et communications.
  • Le respect des rites religieux avec programme adapté.
  • Un effort de recrutement du personnel enseignant féminin.
  • Des installations adaptées aux handicapés avec agrément ERP de l’établissement.
  • Une stimulation de l’esprit d’entre aide et dispositif d’accompagnement personnalisé pour promouvoir la cohésion économique et sociale.
Le supplément au diplôme

Le supplément au diplôme (SD) est un document joint au diplôme d’études supérieures qui vise à améliorer la transparence internationale et à faciliter la reconnaissance académique et professionnelle des qualifications (diplôme, acquis universitaires, certificat, etc..).
Il doit être dépourvu de tout jugement de valeur, déclaration d’équivalence ou suggestion de reconnaissance.

Le supplément au diplôme du CSOF Paris est délivré selon un modèle élaboré par un groupe de travail conjoint de la Commission Européenne, du Conseil de l’Europe et de l’UNESCO, qui l’a testé et parachevé.

En savoir plus

Le supplément au diplôme se compose de huit parties (information sur le titulaire du diplôme, information sur le diplôme, information sur le niveau de qualification, information sur le contenu et les résultats obtenus, information sur la fonction de la qualification, informations complémentaires, certification du supplément, information sur le système national d’enseignement supérieur).

Ce qu’il n’est pas :

  • Ce n’est pas un curriculum vitae.
  • Il ne remplace pas la qualification originale ou un relevé de notes.
  • Ce n’est pas un système automatique qui garantit la reconnaissance.

Ce qu’il offre aux étudiants :

  • Un diplôme plus lisible et plus facilement comparable à l’étranger.
  • Une description précise de leur cursus et des compétences acquises pendant la période d’études.
  • L’objectivité ainsi qu’un jugement équitable sur leurs acquis et compétences.
  • Un accès plus facile aux offres d’emploi ou à la poursuite des études à l’étranger.

Ce qu’il offre aux établissements supérieurs :

  • Il facilite la reconnaissance académique et professionnelle, d’où une meilleure transparence des qualifications.
  • Il respecte l’autonomie nationale / académique tout en proposant un cadre commun accepté partout en Europe.
  • Il favorise des jugements précis sur les qualifications susceptibles d’être comprises dans un autre contexte éducatif.
  • Il améliore la visibilité de l’Etablissement à l’étranger.
  • Il accroît la capacité d’insertion professionnelle des diplômés aux niveaux national et international.
  • Il fait gagner du temps, puisqu’il fournit les réponses à de nombreuses questions récurrentes adressées aux services administratifs des établissements au sujet du contenu et de la transférabilité des diplômes.

Pourquoi est-il nécessaire ?
Les structures d’enseignement et les systèmes de qualification évoluent en permanence sous l’effet de mutations économiques, politiques et technologiques rapides. Un nombre croissant de citoyens mobiles est en quête d’une juste reconnaissance de leurs qualifications. La non reconnaissance et la sous évaluation des qualifications constituent à présent un problème général. Les informations fournies par les seuls diplômes originaux sont insuffisantes ; il est par conséquent très difficile d’évaluer le niveau et la fonction d’une qualification en l’absence d’informations précises et appropriées.

Le supplément de diplôme apporte une réponse à ces défis car :

  • Il favorise la transparence dans l’enseignement supérieur.
  • Il s’adapte à l’évolution rapide des qualifications.
  • Il soutient la mobilité, l’apprentissage tout au long de la vie et l’accès à celui-ci.
  • Il favorise des jugements équitables et précis sur les qualifications.